LA BEAUTÉ DU GESTE DE XAVIER DE LAUZANNE

Un film documentaire exceptionnel !

Ce film documentaire nous plonge dans l’histoire du Ballet Royal Cambodgien et de la danse Apsara, une danse traditionnelle khmère.

La « Beauté du geste » a eu un succès retentissant au Cambodge, où la première a eu lieu en présence de Sa Majesté le Roi Norodom Sihamoni. Il y a rencontré son public, remportant notamment un vif succès auprès des jeunes générations. Un plébiscite qui témoigne de la force de cet héritage et de son rôle dans l’œuvre de résilience.

Le film explore également l’engagement de feu la princesse Norodom Buppha Devi, ancienne Ministre de la Culture du Cambodge et Directrice du Ballet Royal, dans la préservation du patrimoine culturel.

Tout commence en 1906…

Cette année-là, le roi Sisowath vient en visite officielle en France, à l’occasion de l’Exposition coloniale de Marseille.

Il est accompagné de son Ballet Royal et c’est la première fois que les danseuses se produisent en dehors de l’enceinte du Palais, situé à Phnom Penh.

De quoi attiser la curiosité des visiteurs, qui se déplacent par milliers pour découvrir cet art sacré.

Des reporters parisiens sont alors dépêchés à Marseille et le Ballet Royal est invité à se produire dans la capitale, où il croise la route d’Auguste Rodin.

L’illustre sculpteur est lui aussi fasciné .

Il quitte Paris toutes affaires cessantes afin de suivre les danseuses sur le retour vers Marseille. En quelques jours, il va réaliser près de 150 croquis, cherchant fiévreusement à saisir la beauté et la poésie de cette gestuelle si éloignée de la tradition occidentale.

Depuis, le Ballet royal a connu une longue histoire

Heures de gloire mais également périodes plus sombres, durant lesquelles il a bien failli disparaître.

Dans son spectacle intitulé « Métamorphose », la princesse Norodom BuphhaDevi, demi-sœur de l’actuel roi du Cambodge et ancienne danseuse étoile, icône des années 60, s’inspire directement des gestes que Rodin a immortalisés dans ses croquis.

Une manière pour elle de renouer avec l’Histoire et de retrouver la quintessence du Ballet royal.

Ce film documentaire est un voyage initiatique à travers l’histoire du Cambodge 

Du domicile de la princesse, où se déroulent les répétitions, aux premières images de la tournée en France et en Suisse, en 2018, Xavier de Lauzanne a suivi chaque étape de cette quête exigeante au cours de laquelle se manifeste « La beauté du geste »

Au fil des plans se dévoilent les grandes pages de cette histoire : de la période coloniale jusqu’à aujourd’hui, en passant par l’indépendance et la guerre civile qui aboutit à l’avènement des Khmers Rouges, en 1975. Durant cette période sombre, 90 % des artistes furent exécutés. VoanSavay, maitresse de ballet pour la création de Métamorphose, est l’une des rares rescapées.

« Je n’avais pas peur de la mort, car ma vie vaut peu de chose. Mais l’art, lui, ne doit jamais mourir »

témoigne-t-elle, dans le film de Xavier de Lauzanne. 

La culture comme vecteur de reconstruction

En 2008, le Ballet royal est inscrit au patrimoine culturel immatériel mondial de l’Unesco.

Dans « La Beauté du Geste », Xavier de Lauzanne s’efforce ainsi de mettre en lumière le rôle de la culture dans la reconstruction d’une identité nationale : « Que ce soit au Cambodge, mais aussi en Syrie, en Irak, comme dans les territoires palestiniens où j’ai également eu l’occasion de tourner, je suis frappé de voir à quel point l’art favorise ce processus. Après une guerre, ou un traumatisme, rebâtir les infrastructures ne suffit pas. Nous avons tous besoin du « beau » pour retrouver une identité »

La danse khmère, empreinte d’élégance, puise ses racines dans l’histoire ancienne du pays, reflétant des thèmes mythologiques, religieux et historiques qui n’ont pas fini de fasciner les Français.

.

La guerre des Khmers rouges, survenue il y a moins d’un demi-siècle, plongea le Cambodge dans une période sombre où l’art était strictement interdit.

Malgré cette menace directe sur l’identité culturelle, le Royaume du Cambodge, en pleine expansion, aspire désormais à partager avec le reste du monde la richesse de son patrimoine retrouvé.

Le film a été présenté en avant-première d’une tournée qui a débuté le 12 février 2024 au Musée des arts asiatiques-Guimet.

Cette tournée qui a connu un grand succès en France, à Bruxelles et à Genève, s’est clôturée le 11 mars 2024 au siège mondial de l’UNESCO à Paris en présence de hauts représentants français et cambodgiens.

Les spectateurs de ces avant-premières ont pu vivre une expérience similaire à celle vécue par Auguste Rodin …

En effet, lors de chaque avant-première leur était présenté un spectacle de danse Apsara interprété par les danseurs du Ballet royal du Cambodge, spécialement venus du Cambodge pour la promotion du film.

La Beauté du Geste

Le temps d’un instant, le réalisateur Xavier de Lauzanne transporte les spectateurs dans le Royaume des Merveilles (Kingdom of Wonder).

Ce film m’a fascinée ! Je vous le recommande !

Sortie nationale le 13 mars 2024,

OCIC Group est ravi de soutenir la tournée du film en Europe afin de promouvoir l’art et la culture khmère à l’international grâce des ressources financières, logistiques et ses réseaux en France et en Europe. Ce projet a également bénéficié des relations du Prince francophone Sisowath Tesso, ainsi que du soutien financier et communautaire de plusieurs partenaires institutionnels tels que la Délégation de l’Union européenne au Cambodge, le Ministère cambodgien de la Culture et des Beaux-Arts, et le Centre National du Cinéma et de l’Image Animée du Ministère français de la Culture.

« À l’opposé de la danse classique telle que nous la connaissons, le Ballet royal est une curiosité à nos yeux. Le film se veut un trait d’union entre la culture cambodgienne et occidentale, tout en cherchant à mieux comprendre la dimension universelle de cet art ancestral. Il décrypte ses gestes, dans leur technicité mais aussi leur signification, montrant le lien intime qui s’est noué entre cette gestuelle et l’histoire du pays », explique le réalisateur.

À propos d’OCIC Group

OCIC est l’un des principaux conglomérats diversifiés du Cambodge. Le groupe est un ensemble de sociétés et d’entreprises affiliées et comprend un portefeuille d’activités dans les domaines de la promotion immobilière, de l’immobilier, de l’éducation, des soins de santé, des aéroports, de la construction et de l’ingénierie, de la vente au détail, de l’hôtellerie, des médias et des loisirs. Les principaux projets d’OCIC Group comprennent l’aéroport international Techo, Koh Pich, Norea City, Chroy Changvar Satellite City et Olympia City. OCIC est membre du groupe Canadia.

En savoir plus sur ZENITUDE PROFONDE LE MAG

Abonnez-vous pour poursuivre la lecture et avoir accès à l’ensemble des archives.

Continue reading