La présentation à la presse s’est tenue hier en fin de journée au Palais de Tokyo.

En quatre-vingt douze pages, ce livre, en vente depuis hier, retrace les différentes éditions thématiques de la manifestation depuis sa création en 2000 par Anne Pierre d’Albis-Ganem.

Le Parcours Saint-Germain, vingt ans d’histoire est un ouvrage édité par le Parcours pour célébrer vingt ans d’art contemporain dans le mythique quartier de la rive gauche parisienne.


Depuis sa création, le Parcours Saint-Germain s’est donné pour mission de réunir les habitants, usagers et enseignes de Saint-Germain-des-Prés autour d’un événement culturel contribuant au rayonnement de l’art contemporain.

Chaque année, le Parcours crée une promenade à travers une vingtaine de lieux choisis, faisant participer le patrimoine historique de Saint- Germain-des-Prés.

Les artistes sont invités à s’exprimer et investir ces lieux partenaires…

Et c’est ainsi que nous avons pu y découvrir Annette Messager, Céleste Boursier Mougenot, Laurent Grasso, Erwin Wurm, Jean-Michel Othoniel, Valerie Belin, Eva Jospin, Fabrice Hyber, Michael Lin, et tant d’autres, exposés dans les vitrines des plus grandes maisons de luxe comme Louis Vuitton, Emporio Armani, Sonia Rykiel, Dior, Céline…

Mais aussi aux Deux Magots, au Café de Flore et sur les places publiques.

Intervenant directement dans les vitrines des magasins jusqu’aux terrasses des cafés, le Parcours Saint-Germain offre la possibilité d’aller à la rencontre de la création artistique contemporaine, au milieu même des cadres de vie, dans des lieux inédits et décalés où l’on ne s’attend pas à la trouver. L’événement perpétue ainsi la longue tradition qui fit de Saint-Germain-des-Prés un des symboles de la vie culturelle parisienne.

Les origines du Parcours Saint Germain

Le Parcours Saint-Germain est né d’une prise de conscience, juste après l’inauguration de la boutique Emporio Armani installée dans un tollé général à la place du Drugstore Publicis. La librairie Le Divan venait tout juste d’être rachetée par Christian Dior, plusieurs maisons avaient déjà tenté une reprise de la librairie La Hune. Nous étions en 1995-97. Dans la presse, nous lisions que le quartier perdait de son âme, se vendait aux marchands du Temple.

Le Comité Saint-Germain-des-Prés est né à ce moment-là.

Il a réuni dès le début des maisons prestigieuses: Cartier présent depuis longtemps, puis Armani tout juste arrivé et LVMH avec ses cinq importantes maisons (Christian Dior, Céline, Kenzo et Christian Lacroix). Et puis Sonia Rykiel, le Café de Flore, les Deux Magots.

La célébrissime brasserie de St Germain dès Prés

Entouré du soutien de personnalités telles que, Jean-Paul Claverie (Groupe LVMH), Alfred Pacquement (directeur de l’École des Beaux Art de Paris), et Hervé Mikaeloff, Anne-Pierre d’Albis a imaginé un événement du type « un artiste/un lieu ».

Anne-Pierre d’Albis – Crédits

L’objectif premier : valoriser le quartier, s’ancrer dans son histoire, et son patrimoine…

… et exposer dans des lieux inédits ou cachés (les places, squares, cafés mythiques, églises, cours, hôtels particuliers…) en intégrant les maisons de luxe.

Rêve d’une fête

L’édition 2021 du Parcours Saint-Germain, «Rêve d’une fête» donnait carte blanche aux artistes et proposait une balade en extérieur, dans les rues, sur les murs, dans la galerie d’honneur de la Sorbonne, sur les façades du théâtre de l’Odéon, ornant les colonnes Morris et décorant les bouquinistes des quais de seine…


En sortant des restrictions sanitaires le Parcours s’affranchit dès interdits avec des artistes de renom international tels que JR, Ugo Rondinone, The Anonymous Project tout en continuant son rôle de prescripteur de talents en proposant aux étudiants de l’école Supérieure des Beaux-Arts et de l’école Kourtrajmé de s’exprimer avec des projets ambitieux et forts.

Une bouffée d’air, de liberté et de mouvement dans une période immobile, enfermée et masquée.

Des projets thématiques

Comme l’on peut le découvrir dans le livre, durant ces 20 années le Parcours a exploré les thèmes du son, du jeu, des contes et légendes, du papier, des formes et fleurs …

En 2006, Anne-Pierre d’Albis-Ganem a eu l’idée de travailler sur un thème peu exploité dans l’art, celui du parfum.

En partenariat avec la Manufacture de Sèvres, Lalique, Baccarat, Bernardaud à Limoges et Faenza en Italie, le Parcours a invité des artistes à créer un flacon qui allait interpréter le parfum que chacun d’entre eux avait réalisé avec les parfumeurs de chez Givaudan.
Intitulée «Essences Insensées» l’exposition qui s’est tenue dans la Chapelle de l’École des Beaux-Arts de Paris et inaugurée par le Ministre de la Culture, Renaud Donnedieu de Vabres, a fait le tour du monde avec l’Institut Français.
Manifestation annuelle et thématique, «Sweet’Art» invitait en 2007 des artistes et des grands chefs à créer des œuvres à la fois visuelles et comestibles.

Anne-Pierre d’Albis Ganem
Après un D.E.A en histoire de l’art contemporain, Anne-Pierre d’Albis-Ganem travaille au département design et architecture du Centre Georges Pompidou de 1990 à 1996 chargée de réalisation des grandes expositions rétrospectives des designers Ettore Sottsass et Gaetano Pesce. Consultante indépendante du Paul Getty Museum de Los Angeles, elle organise de 1996 à 1998 le ler colloque international sur « la condition de l’artiste dans le monde » en partenariat avec l’U.N.E.S.C.O. Elle est ensuite consultante en art contemporain pour la société Giorgio Armani France, et programme une série d’expositions d’artistes à la boutique Emporio Armani, boulevard Saint-Germain en 1999.
Sous l’égide du Comité Saint-Germain et avec le soutien du groupe LVMH et de Jean- Paul Claverie, elle fonde en l’an 2000 le Parcours Saint-Germain-des-Prés.

À son arrivée à Londres en 2015, elle fonde THE CLUB/PARCOURS. Lié à l’esprit de découverte du Parcours, ce groupe réunit collectionneurs, mécènes et intellectuels pour lesquels elle organise des visites d’ateliers d’artistes, conférences, voyages, rencontres avec des écrivains, directeurs de musées et philosophes prestigieux. Elle invite à Londres des philosophes comme Pascal Bruckner ou des écrivains comme Frédéric Beigbeder, Amélie Nothomb, Claire Berest, mais aussi des directeurs de musées tels que Laurent Le Bon, Jean de Loisy. THE CLUB lève des fonds auprès de mécènes privés pour soutenir des centres et projets culturels comme le Palais de Tokyo, le Centre Pompidou, Fluxus art projects, la Hayward Gallery, le Camden Art Center ou encore la Chisenhale Gallery.
Un grand nombre de musées et centre d’art ont invité Anne-Pierre d’Albis-Ganem à faire partie de leur conseil d’administration (secrétaire générale des Amis du Palais de Tokyo de 2006 à 2019, elle a soutenu Sandra Hegedüs dans la création du Sam Art Projects depuis sa fondation en 2008 et fait partie du jury à vie…). Elle est depuis son arrivée à Londres membre du conseil d’administration de Fluxus ART Projects (association créée en partenariat avec l’Institut Français, le Ministère de la Culture et le British Council dans un soutien bilatéral aux artistes franco-anglais). Elle fait également partie du comité de la foire Photo London.

En savoir plus sur ZENITUDE PROFONDE LE MAG

Abonnez-vous pour poursuivre la lecture et avoir accès à l’ensemble des archives.

Continue reading