LA TIGE DE PORCELAINE, LE DIFFUSEUR HYPER RAFFINÉ DU JARDIN RETROUVÉ

Vous connaissez mon goût pour la déco et pour les jolis objets … d’autant plus s’ils sont utiles… et originaux !

Raison pour laquelle au lieu de vous présenter les parfums du Jardin Retrouvé (qui pourtant mériteraient largement que je leur consacre un article entier car non seulement ils sont le résultat d’une belle histoire, mais ils sont écologiques, sentent délicieusement bon 100% made in France et leurs flacons sont rechargeables…entre autres vertus!), j’ai décidé de faire un focus sur cette jolie tige de porcelaine.

Le principe

Il est exactement le même que celui des tiges en osier généralement utilisées en tant que diffuseurs d’intérieurs … sauf que là, l’objet est d’une esthétique parfaite. Et on est bien loin de la banalité des brins de rotin habituels qui se couvrent rapidement de poussière et sont – en dépit de leur côté naturel – fort peu écologiques puisque jetables.

Cette tige en porcelaine peut être réutilisée à l’infini (si vous en prenez soin car comme la plupart des jolies choses elle est fragile !)

Elle se nettoie facilement en la trempant dans de l’alcool ménager et vous pouvez donc changer la senteur en fonction de la saison (ou de vos envies!)

Et bien sûr, ce diffuseur est 100% Made in France puisqu’il est (tout comme les contenants des bougies du Jardin Retrouvé) en porcelaine de Limoges.

Je vous invite donc à découvrir la tige en porcelaine poreuse ainsi que tous les accessoires et les gammes parfumées du Jardin Retrouvé.

Vous serez probablement aussi conquis que je l’ai été moi-même.

Crédits photos Zenitude Profonde Le mag

À propos du Jardin Retrouvé

Le Jardin Retrouvé est une Maison de Haute Parfumerie indépendante intemporelle, artisanale et familiale, qui a reçu l’avant-garde en héritage.

En 1975, Yuri Gutsatz, maître parfumeur renommé, rejetant les contraintes de la parfumerie traditionnelle dominée par le marketing, devient le premier parfumeur à fonder sa propre Maison.

En 2016, Clara et Michel Gutsatz réinventent avec audace Le Jardin Retrouvé, dans une optique résolument écoresponsable et digitale, tout en gardant les délicates formules de Yuri ainsi que ses fournisseurs historiques.

Clara, belle-fille d’Arlette et de Yuri Gutsatz Crédits photos Zenitude Profonde Le mag
Une coïncidence familiale troublante

Le père de Yuri, David Gutsatz, était ingénieur chimiste à Saint Petersbourg et, loin de son fils installé en France, a travaillé sur nombre d’ingrédients de synthèse essentiels à la parfumerie moderne. Bien plus tard, Yuri apprit que père et fils – chacun sans savoir ce que faisait l’autre – apportaient au même moment leur pierre à cette parfumerie qu’ils aimaient tant, l’un dans les ingrédients de synthèse, l’autre dans la construction d’une nouvelle vision de l’art des parfums !

Un leg précieux…

Yuri a légué ses milliers d’essais de laboratoire, ses formules depuis 1935, son implication dans la Société Française des Parfumeurs dont il était vice-président, et sa participation à la création de l’Osmothèque (Conservatoire des parfums d’autrefois).

Crédits photos Zenitude Profonde Le mag
… et de la poésie

Yuri a également laissé un extraordinaire volume de notes, ainsi que des centaines de poésies sur la Russie et sur le parfum, toutes conservées par son épouse Arlette. C’est grâce à elle que tout cela a été aussi bien conservé jusqu’à nos jours.

En 2016, le parfumeur Maxence Moutte a rejoint l’équipe pour recréer les formules de Yuri, en restant au plus près de leur composition. Il a rencontré Clara et Michel à un mariage, où il exprimait son admiration pour le travail de Yuri. Grâce à cette rencontre, les parfums ont pu revivre et une amitié est née. Maxence a fait une première création pour Le Jardin Retrouvé en 2018 : la fragrance pour la Maison Mousse Arashiyama, suivie de son parfum de peau en 2021, et d’une autre fragrance pour la maison, Osmanthe Liu Yuan.

Le Clean

« Début 2021, nous avons décidé d’aller un peu plus loin que l’écoresponsabilité. Nous nous sommes concentrés sur nos parfums eux-mêmes et sommes allés jusqu’aux normes de Clean Beauty (CREDO Dirty List), bien au-delà de ce qui était recommandé par les autorités régulatrices de la profession. Notre challenge était de conserver la même beauté olfactive qui a fait la réputation du Jardin Retrouvé, en restant fidèle à l’héritage de notre fondateur.

Dans un premier temps nous avons remplacé l’alcool traditionnel par de l’alcool biologique, puis nous avons changé les trois ingrédients que nous utilisions qui étaient soit mauvais pour la planète – l’un d’entre eux n’était pas biodégradable – soit mauvais pour la santé – l’un d’entre eux était un perturbateur endocrinien potentiel et un autre, allergène. Maxence Moutte, a déployé beaucoup d’efforts pour améliorer toutes les formules concernées tout en préservant l’intégrité olfactive de chaque parfum.

Après de nombreux essais – il en fallu 17 pour Sandalwood Sacré sur de nombreux mois – et l’aide bienvenue de la Maison de composition Givaudan, Maxence Moutte a relevé le défi : les fragrances resplendissent comme autrefois, et les taux d’ingrédients naturels sont aujourd’hui entre 93 et 97% pour chaque parfum.
» Michel et Clara du Jardin Retrouvé

Le Jardin Retrouvé est membre 1% for the Planet et à ce titre reverse 1% de son chiffre d’affaires à des associations environnementales.

Une bien belle aventure !

En savoir plus sur ZENITUDE PROFONDE LE MAG

Abonnez-vous pour poursuivre la lecture et avoir accès à l’ensemble des archives.

Continue reading